1285, route 112

Austin, Québec J0B 1B0

info@natur-ose.com
 

Tel : 514-947-8790

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
  • White Pinterest Icon

© 2020 Natur-Ose

  • Chantale Belhumeur

Une course empreinte d'humidité ... d'humilité

La semaine dernière, je vous partageais sur ma page FaceBook ma passion pour la boue. Hey ! Je suis née « à la Manic » et la bouette, c’est mon enfance.


Disons quand même que pour la course, la boue, ça ralentit pas mal le « pace ». Mais vous savez quoi ? Finalement, il a fait beau quelques jours avant et la trail était très praticable. Le problème survenu a plutôt été de l’ordre de 32C avec humidex et pour la petite madame qui tolère difficilement la chaleur, cela a été une épreuve d’humidité … oups d’humilité!


Une première journée de chaleur depuis longtemps (genre l’été dernier), on s’entent que le corps n’est pas encore très habitué. Imaginez si vous devez faire un sport intense.


Enfin, les 13 premiers kilomètres se sont bien passés. Je garde mon "pace" et ça va plutôt bien. Je me mouille dans tous les ruisseaux que je croise. En arrivant au ravito (et merci encore en encore à tous les bénévoles de la course), j’avais un peu mal au cœur, mais je me sentais quand même bien.


Je mange un peu, mais c’est difficile. Pourtant, je n’ai pas vraiment chaud (on se souvient que je suis entrée dans les ruisseaux). Même pas un kilomètre plus loin, je me mets à avoir mal au cœur, mais là, en pas pour rire, avec quelques crampes intestinales.


Yeh ! un ruisseau, j’entre !


Je repars, toute fraîche, mais non ! mon corps ne veut pas, maux de cœur et crampes intestinales suivent ma course. Je marche. Les boyaux se tordent de haut en bas dans mon corps.


Un ruisseau, j’entre ! Ça fait du bien. Je me mouille de la tête aux chevilles …


Rien à faire, je terminerai ma « course » par un 8km de marche. Mon amie Isabelle vient me rejoindre et m’accompagne. Anne m’apporte une bouteille d’eau congelée. Je m’hydrate la bouche, mais sans pouvoir avaler une seule goutte.


Je passe la ligne d’arrivée un peu déçue, mais debout, sur mes deux jambes et c’est aussi le but de la course : passer la ligne d’arrivée sur nos deux jambes.


Plusieurs coureurs ont été incommodés. Nous étions prêts pour la distance, mais pas pour la chaleur ou peut-être devrais-je écrire j'étais prête pour la distance mais pas pour la chaleur.


Quoiqu’il en soit, tout le long du parcours, jamais je n’aurais voulu être ailleurs. J’aime la trail. J’aime l’ambiance. J’aime les gens. Et je recommence dans 3 semaines. Prête pour les sentiers, au gré de la montagne, de l’entraînement tout en souhaitant une météo fraîche et sans pluie.


Sur la photo, je suis avec ma belle amie Isabelle Bernier, une coureuse, écrivaine et personne extraordinaire que je remercie d'avoir dans ma vie. Elle est aussi coureuse élite et a été inviter par La Clinique du Coureur à courir le mythique course de la Diagonale des fous à l'Ile de la réunion et à besoin de nous, car elle est aussi monoparentale.


Nous pouvons l'aider à réaliser ses rêves de vivre de sa plume et de la course, suivez-là, elle est exceptionnelle.


https://makeachamp.com/fr/isabellebernier?fbclid=IwAR0Liq6MVK3VfcjVPiuyQ2GUeNlx-0JaOA9mcN7rvELRLrZdTRIxNxSolzs



Merci et bonne santé à tous.



65 vues